Une étude intéressante à lire. On y découvre l’importance d’accompagner au plus près les élèves présentant des troubles intellectuels ou cognitifs… Est-ce vraiment une découverte ? Plus inquiétant, les performances varient selon l’origine sociale, à troubles équivalents…

➡ depp-ni-2019-19-01-Premiere-evaluation-acquis-eleves-en-situation-de-handicap_1078835

 

“L’inclusion, dans le contexte de la CUA, c’est la mise en œuvre de pratiques pédagogiques variées visant la réussite de chacun malgré ses différences. C’est ainsi que ce qui était un
accommodement individuel devient accessible à tous, chacun étant libre d’y avoir recours, s’il en ressent le besoin ou s’il croit simplement que cela peut l’aider à mieux apprendre. Ce faisant, le professeur place tous les apprenants sur un pied d’égalité dans un esprit de justice et d’équité. Dès lors, tous voient leurs différences acceptées voire même valorisées. L’inclusion scolaire mise sur les capacités d’une personne, ses forces, au lieu d’insister sur ses limitations puisque le cerveau de chaque personne s’ajuste à sa réalité et à son environnement. Par conséquent, l’individu s’adapte et devient apte à accomplir les tâches attendues.
La Conception universelle de l’apprentissage postule que le cerveau humain fonctionne sensiblement de la même manière d’une personne à l’autre, mais que chacun apprend différemment, ce qui implique le recours à des pratiques pédagogiques distinctes. Cela ne veut surtout pas dire que l’enseignement doit s’individualiser. Simplement que, tenant compte de ce principe, le professeur cherchera à varier, différencier, ses stratégies pédagogiques afin de rejoindre tous les types d’apprenants. En proposant ensuite diverses occasions et modes pour rendre compte des apprentissages (texte argumentatif, exposé oral, schéma, etc.), le professeur s’assure que tous bénéficient de chances égales pour démontrer leur atteinte de l’objectif du cours. La différenciation pédagogique est une clé de la CUA en ce qui a trait à ce qu’il est possible de faire à l’intérieur de la classe pour viser l’inclusion.
Cette conception de l’enseignement et de l’apprentissage valorise l’équité, l’inclusion, l’égalité et la réussite pour tous. Elle demande, dans le respect des objectifs de formation, de recourir à des approches collectives flexibles et d’adopter des stratégies inclusives rejoignant tous les étudiants. La prémisse de base est l’hétérogénéité cognitive des groupes.
La CUA repose sur l’autonomie des apprenants à travers la mise en œuvre d’une compétence transversale qui correspond à « apprendre à apprendre ». Elle prend appui sur une connaissance affinée du cerveau mettant en évidence :
  la spécificité de chaque cerveau;
  la plasticité cérébrale (mécanismes par lesquels le cerveau est capable de se modifier),
  le rôle différencié des régions du cerveau […]:idea: Cette intro vous “parle”, vous avez envie d’aller plus loin ? N’hésitez pas à télécharger le dossier, à vous en emparer en équipe… Magnifique outil d’une clarté lumineuse !:arrow:15.04-Dossier-CAPRES-CUA

 

Qualinclus s’inscrit dans une démarche d’auto-évaluation pour contribuer à la mise en œuvre et à la régulation du projet d’établissement autour du concept d’école inclusive. Il propose une méthode d’action (établir un diagnostic, planifier, mettre en œuvre, évaluer) et comprend 5 fiches thématiques  qui s’intitulent :

– Accueillir et scolariser
– S’adapter aux besoins particuliers des élèves
– Former et accompagner les équipes éducatives à la scolarisation des élèves en situation de handicap
– Sécuriser le parcours des élèves en situation de handicap
– Travailler en partenariat

Qualinclus se veut être une aide pour initier la réflexion des différents acteurs de la communauté éducative autour de l’inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction. 

➡ Guide_qualinclus_diffusion2

Clic sur l’image pour retrouver toutes les explications, ainsi que la version modifiable en téléchargement.