bandeau quoi de neuf-HAUT

Quoi de neuf pour nos communautés éducatives ?

Chers amis,

Pascal BALMAND, notre Secrétaire général de l’Enseignement catholique, nous invite à réenchanter l’Ecole pour élargir nos horizons afin d’améliorer ce qui doit l’être.
Cette démarche peut se résumer en quelques points très simples :

Réenchanter le “nous”: en cherchant à aller plus loin que le seul “vivre ensemble”
Réenchanter les savoirs : en refusant de se résigner à leur perte de sens pour trop d’élèves.
Réenchanter les possibles : en redonnant confiance en l’avenir et en notre capacité d’agir sur le réel.
Réenchanter la relation : en permettant à chacun de se sentir compris, reconnu et utile.
Réenchanter notre rapport au monde : en développant une culture de l’engagement et de la responsabilité.

Nous sommes invités à nous emparer de cette démarche et à avancer ensemble vers une culture commune pour nos établissements catholiques d’enseignement.
Notre seule raison d’être, c'est identifier des besoins et y répondre d’une manière spécifique. Si dans nos établissements il se passe la même chose que dans l’enseignement public alors nous n’avons aucune raison d’exister.
Je ne vise pas bien sûr la concurrence, car nous ne sommes en concurrence avec personne, mais bien le développement d'une proposition spécifique dans le cadre de notre contrat d’association avec l’Etat.
L’enjeu de l’école catholique est donc de bâtir des lieux pour que se vive l’Espérance chrétienne.
Nous portons tous, qui que nous soyons, une part de responsabilité dans le projet de l’enseignement catholique et je souhaite que nous nous approprions cette idée. Il n’y a pas de transmission de connaissance sans questionnement sur le type de personne que notre société veut construire.
Nous ne pouvons être des éducateurs passifs face au monde tel qu’il est, et il ne peut pas y avoir d’éducation sans projet.
Nous avons à vivre réellement ensemble ce que nous nous disons et nous rappeler avant tout qu’être responsable c’est faire confiance.
Je voudrais inviter tous les acteurs de l’enseignement catholique de notre diocèse à vivre cette responsabilité autrement et plus précisément à la vivre en partage.
Nous ne visons pas les techniques de management mais nous voulons cultiver nos héritages, dans tout ce qu’ils ont de riches, pour les orienter vers les besoins d’aujourd’hui et peut-être de demain.
Nous Libérer de la tentation d'un pouvoir qui ne serait pas vécu comme un service. Nous connaissons en effet tous, autour de nous, des personnes qui ne vivent leur responsabilité qu'en verticalité. Et nous en connaissons les dégâts quel que soit le poste (cadre, non cadre, bénévoles…).
Aussi faut-il refuser de limiter aux seuls «dirigeants» l’exercice de la responsabilité et faire que celle-ci devienne le principe constituant de nos relations au travail et au sein de nos communautés éducatives.
C’est dans cette perspective que j’invite toutes les communautés éducatives de nos établissements à organiser une événement dans le cadre de la semaine nationale du réenchantement qui aura lieu du 4 au 8 février 2019.
L’objectif est de vivre une journée en bassin pour que les adultes de nos établissements puissent présenter leurs belles initiatives pédagogiques, éducatives, pastorales et même administratives en faisant se croiser les acteurs, les compétences et les thématiques. Tout cela à la lumière du projet de l’enseignement catholique et de vos projets d’établissement. Sans oublier d'incarner l’idée de la responsabilité partagée.
Les chefs d’établissement sont déjà invités à se regrouper en bassin avec un membre de la direction diocésaine afin de définir les contours de cette journée, d'en choisir la date, le lieu, et les modalités de construction avec les équipes.
Il s’agira ensuite d’organiser ce temps fort avec les personnels des établissements, sans s’asphyxier avec une liste paralysante de choses à faire, mais en travaillant sur ce que nous faisons de bien et de beau, porteur de sens et d’Espérance, avec la volonté de le partager et de le célébrer ensemble.
En cette fin de période scolaire, je voudrais remercier chacune et chacun d'entre vous pour l’énergie, la force et le dynamisme que vous mettez pour rendre vos établissements toujours plus porteurs de sens et d’avenir pour nos jeunes. Je vous donne rendez-vous pour célébrer ensemble vos réalisations.
Philippe Panarello
Directeur Diocésain
De l’enseignement Catholique
Les bassins et les référents de la DDEC :
- Menton et Roquebrune : Monsieur Philippe Panarello
- Nice Est et Nice Centre : Madame Valérie Marmoy
- Nice Nord et Nice Ouest : Monsieur Edgar Petit
- Antibes - Juan les Pins : Madame Karine Guet
- Cannes - Grasse - Roquefort les Pins : Madame Martine Remiot
bandeau quoi de neuf-SEPARATION

Du neuf pour le CAPPEI, Bravo à vous !

Toute nos félicitations à Madame Valerie Ricard et Madame Vanessa Carinci, lauréates du certificat d'aptitude professionnel aux pratiques de l'éducation Inclusive (CAPPEI), un parcours qui peut parfois sembler du combattant comme en témoigne Vanessa Carinci mais surtout un parcours au service des élèves à besoins éducatifs particuliers. Tout nos voeux accompagnent madame Cécile Joubert qui passera l'examen le 5 novembre.
Nous sommes le 18 septembre 2018 ; il est 13h. La pression commence à monter. Mes mains sont moites, mon cœur palpite. Je vais bientôt passer les épreuves du CAPPEI. Quelle angoisse !

Je m’y prépare depuis 2010, année où j’ai débuté les paliers de la formation BEP-ASH de l’Enseignement catholique. Je suis professeure de français, dans une petite ville de Picardie. Les élèves sont, pour la plupart, en grande difficulté. Que faire pour les aider ? Je me lance donc dans une formation longue, 5 paliers pour aider mes élèves à progresser, pour comprendre leur fonctionnement et leurs obstacles. Mon fils est petit mais ça vaut le coup de m’engager dans cette voie, pour eux, pour qu’ils maitrisent la langue française et qu’ils s’en sortent correctement dans la vie.

Les paliers 1 et 2 sont engagés mais mon mari perd son emploi et en retrouve un dans les Alpes-Maritimes. Je le suis et j’obtiens un poste au collège Fénelon. Très grand changement pour moi qui passe d’un petit établissement de campagne à un grand établissement renommé. Mais les élèves en difficulté sont toujours présents et ont besoin d’un accompagnement de qualité. Après discussion avec mon chef d’établissement Didier Arnaud, je décide donc de continuer les paliers. Tel Ulysse, je vogue vers diverses destinations : Montpellier, Marseille, Toulouse avec l’idée de préparer la certification du 2CA-SH pour devenir professeure spécialisée. Et Nice, pour la formation Personne- ressource.

Or, une nouvelle réforme surgit et je tombe de Charybde en Scylla : les professeurs sur poste ordinaire ne peuvent plus prétendre à cette certification ! Ô rage ! Ô désespoir ! En ni une ni deux, je rédige des courriers pour avoir l’accord du rectorat afin de pourvoir passer le CAPPEI. J’obtiens l’autorisation de l’inspecteur ASH de passer la certification en candidat libre.

Il est 13h15. C’est l’heure. Les élèves de 6D entrent en classe et le cours commence : la séance a pour objectif l’étude du portrait de l’ogre dans le Petit Poucet de Charles PERRAULT. Les enfants travaillent, confrontent leurs idées, s’investissent, tout a l’air de bien se passer.

Il est 17h15. J’attends dans le couloir du bâtiment E. Le jury délibère. Il me fait entrer. Il me félicite et donne un avis favorable pour la certification. Ca y est, enfin, je suis certifiée ! Quel bonheur !

Vanessa Carinci
Professeure de lettres
Personne-ressource
pour l’accueil des différences …
et enseignante spécialisée.
unnamed
bandeau quoi de neuf-SEPARATION

Notre Dame de la Tramontane, déjà 50 ans !

DJI_0007
Il y a cinquante ans, les sœurs Dominicaines de la congrégation de Monteils avec quelques parents et sous la présidence de Monseigneur Boyer posaient la première pierre de l’école Notre Dame de la Tramontane. Deux cents élèves y faisaient leur rentrée.

Aujourd’hui ce sont un peu plus de 1200 élèves qui ont fêté ce jubilé dans la joie, le partage et la prière. Ce fut l’occasion pour tous de vivre un temps fort le vendredi 28 septembre pendant lequel les grands collégiens ont pris sous leurs ailes les petits du primaire pour un grand pique nique suivi d’une photo aérienne. Puis les élèves ont assisté à différents ateliers : la visite de l’exposition des 50 ans, le diaporama de la Tramontane hier et aujourd’hui, le visionnage d’un extrait du film « Sur les chemins de l’école »pour débattre de la chance qu’ils ont d’être scolarisés ici, un concours de dessin pour imaginer la Tram de demain et la réalisation d’une performance artistique autour de huit tableaux vierges. Tableaux qu’il a fallu peindre ensemble à la manière de deux artistes contemporains : Sol Lewitt et Pollock. Ces huit œuvres forment une fresque qui a été inaugurée le samedi 29 septembre à l’issue de la messe célébrée par Monseigneur Gazzaniga. De vives couleurs embellissent désormais la cour de l’établissement.

La Tramontane a encore de joyeuses années devant elle et nous la confions aux jeunes générations qui comme les anciennes contribueront à la faire grandir.
Rendez vous a été donné en septembre 2043, pour les 75 ans ! Il faudra alors déterrer la capsule remplie de témoignages d’aujourd’hui qui dort désormais au pied de la première pierre.

Philippe Beguin
Chef d'établissement
fresque 50 ans
147
403
bandeau quoi de neuf-SEPARATION

L'école Fénelon à Grasse bénie et inaugurée !

IMG_6222
C’est avec un sentiment fort de fierté, de soulagement et d’émotions que nous nous présentons devant vous ce matin…
Un sentiment de soulagement d’avoir réussi à mener à son terme ce projet que certains ont qualifié, qualifient encore de pharaonique, d’autres d’irréaliste, de déplacé, d’impossible… Le soulagement d’avoir réussi à dépasser tous les freins ; d’avoir réussi à mener, dans le temps que nous nous étions donné, ce projet complexe, technique à chaque instant de sa réalisation…
Un sentiment de fierté d’avoir conduit ce projet à son terme en recevant les premiers « WOUAH !! » ou encore « C’est génial ! » « Merci ! » ; la fierté, toute en humilité, d’avoir conduit une partie de l’Institut Fénelon vers un avenir qu’il méritait depuis des années. La fierté d’avoir réalisé au-delà de quelques murs compliqués, un véritable environnement accueillant qui doit permettre de vivre le projet éducatif de l’école. Quelle joie à cette rentrée de voir les enfants enfin habiter notre école…
Ce que nous venons de réaliser, ce n’est pas simplement construire des murs qui accueilleront des enfants… Ce que nous avons réalisé, nous l’avons rêvé, imaginé, pensé pour que ce soit un lieu de vie et d’éducation qui permettent aux enfants d’y être heureux, qui permettent aux enseignants et personnels de trouver des conditions de travail qu’ils pensaient impossibles mais dont ils rêvaient…
Nous avons voulu des lieux qui apaisent, où la rencontre était devenue possible entre les adultes des écoles et du collège. Des lieux pour échanger, travailler, prendre du temps, être heureux d’être là. Des lieux de rencontre pour les hommes et de rencontre avec Dieu : l’oratoire Saint François- Sainte Jacynthe, ouvert à tous, est le lieu dédié à la prière et à l’écoute de la Parole…
Cette école, nous voulons que ce soit un lieu où la parole de Dieu s'incarne ; une école dans laquelle nos jeunes et nos adultes reçoivent, transmettent les valeurs auxquelles nous tenons ; une école pierre vivante.

Extraits du discours de Messieurs Didier Arnaud et Hervé De Crozals
lors de la cérémonie d’inauguration.
ok - amir B288
ok amir B096
okamir B148
bandeau quoi de neuf-SEPARATION

Quoi de neuf pour la réforme du Lycée

Les Chefs d'établissement des lycées du diocèse de Nice ont poursuivi ce Mercredi 10 Octobre leur travail sur la réforme des lycées. Au-delà de son volet organisationnel, cette réforme invite aussi à creuser de nouvelles pistes en matière d’orientation et d’évaluation. Elle s’appuie en effet sur les attendus de l’enseignement supérieur, pensés en termes de compétences et non plus de connaissances.
La réflexion a porté essentiellement sur la communication auprès des enseignants, des familles et des lycéens autour de la mise en œuvre de la réforme ainsi que sur l’offre des enseignements de spécialité par les différents lycées, prenant en compte les spécificités de chacun. Cette réflexion doit aussi aboutir à élaborer un outil d’aide à l’orientation dès la Seconde et de promotion de nos filières d’enseignement supérieur.
bandeau quoi de neuf-SEPARATION

Attentif pour apprendre. Apprendre à être attentif

Vendredi 28 septembre dernier, plus d’une trentaine d’enseignants se sont retrouvés dans la très belle salle de la paroisse St Laurent du Var pour la première rencontre de formation autour d’ATOLE©. Deux autres journées suivront en janvier et avril.

Au départ, nous avions pensé proposer cette formation sur l’attention (d’après le modèle développé par Jean-Philippe Lachaux et son équipe de l’Inserm, à Lyon) uniquement à l’équipe des personnes ressource. L’intérêt croissant et sincère de nombreux enseignants nous a décidé à « ouvrir » ces 3 jours à d’autres collègues… Et le « brassage » des publics a vraiment bien fonctionné. Ont travaillé, réfléchi, échangé, appris, des profs des écoles, de collège, de lycée général et lycée pro, des chefs d’établissement… groupe hétérogène et très attentif dont la richesse et l’implication sont prometteuses et tellement réjouissantes ! Le programme était dense ! J’ai invité "mes" stagiaires à explorer les méandres d’un cerveau qui se concentre, le leur, et celui de leurs élèves, à mettre au clair les fonctions exécutives, et à définir plus précisément, avec les « bons mots » les processus attentionnels. Le groupe a commencé à s’approprier quelques rituels Atole©, en les vivant tout au long de la journée, mais aussi par le biais des nombreux documents proposés dans le kit.

Une belle journée de travail qui témoigne de la volonté, de la nécessité même, de réfléchir ensemble sur ses pratiques pédagogiques.

Comme l’a dit Christine, prof ressource en lycée, en fin de journée, « N’y a-t-il pas aussi des dispositifs pédagogiques qui contribuent au renforcement de l’attention et vice et versa ? Et si on les partageait ces pratiques ? Çà tombe bien, c’est au menu de la deuxième journée !!
Resized_20180928_150540_31181
Resized_20180928_145027_67061
20180928_143154
Anne Valentin,
Enseignante spécialisée,
coordonnatrice du projet diocésain
pour l’Accueil des Différences.

« ATole...ATtirant ce petit nom !

Encore plus lorsqu'il invite notre "petit groupe" pressé de se retrouver mais ATtentif à revisiter les mystères et fonctions du cerveau.
Faire ATtention, prêter Attention fait partie de nos préoccupations quotidiennes pour accompagner nos élèves.
Les explications précises sur la concentration inhérente à l'attention permettent de clarifier la situation et de comprendre pourquoi il peut parfois être difficile d'être attentif, qui que nous soyons.
De quoi trouver des astuces, des stratégies pour capter l'attention de notre public, autrement.
Et si justement nous en parlions davantage ? »

Stéphanie Prévosto
Enseignante ressource
Lycée St Vincent de Paul
bandeau quoi de neuf-SEPARATION

Quoi de neuf sur le Blog des personnes ressource ?

bandeau quoi de neuf-SEPARATION

Ecouter-Discerner-Veiller-Dialoguer

DSC_0363
L’école de la relation s'est agrandie ce lundi 8 Octobre : la première rencontre des référents (18 présents) en Education Affective Relationnelle et Sexuelle des établissements de notre diocèse a eu lieu à St Barthélémy, accueillie au sein du nouveau lycée.

Educateurs, Enseignants premier et second degré, Responsables de vie scolaire, APS ont répondu présents pour essuyer les plâtres de ce travail en réseau qui débute.

Animée par une partie de l’équipe pilote, la journée a été lancée avec une présentation du projet de cette école de la relation par Philippe Panarello en soulignant l’importance de la relation dans nos établissements : une éducation qui débute dès le plus jeune âge. Un travail collaboratif sur le texte d’orientation du Secrétariat Général pour poser le cadre institutionnel et connaître la direction à suivre.

Cela a été l’occasion également d’assister à un entretien de questions/réponses avec le Père Thierry Dassé au sujet de la morale chrétienne. Sans tabous, ce dernier a répondu à chacune des questions afin d’éclaircir le message biblique qui fonde le projet de l’Education Affective Relationnelle et Sexuelle. Un chemin de bonheur est proposé.

L’attente de chaque participant se porte également sur l’apport d’outils : livres jeunesse, albums, DVD, chansons ont été mis à disposition tout au long de la journée. Et pour terminer en douceur, l’association Ancrages et Vagabondages est venue présenter son spectacle "La Plume et le Plomb", tendre illustration d’un des grands sujets qui est au cœur de nos thèmes « les stéréotypes masculin-Féminin ».

Une belle première journée ! La suite le 5 décembre au Mont Saint Jean avec un programme tout aussi dense !
DSC_0367
unnamed (5)
DSC_0364
DSC_0359
bandeau quoi de neuf-SEPARATION

Conférence de rentrée de Pascal Balmand : Pour une école responsable

Capture
Contribuer à améliorer la relation de chacun à soi-­même, aux autres et au monde, voilà bien la responsabilité de l’école à travers son action éducative et pédagogique.
Cette responsabilité, l’Enseignement catholique s’efforce de l’honorer dans tous les domaines et dans tous les aspects de son travail. Une Ecole catholique qui assume ses responsabilités et qui prend ses responsabilités...

Pascal Balmand
Secrétaire Général
de l'Enseignement Catholique
bandeau quoi de neuf-SEPARATION
bandeau quoi de neuf-BAS
facebook twitter
MailPoet